Payment Family


Veuillez visiter la bibliothèque de Bayliss dans Sault Ste. Marie. Leur collection est incroyable et la majeure partie d'information suivante vient les enregistrements d'American Fur Company.

1. American Fur Company, Registres 1832-1851
2. Peter B. Barbeau, Ecrits 1834-1889
3. George Johnston, Ecrits 1792-1944. (En gros: 1803-1860)
4. Joseph Bayliss, Ecrits
5. Port Mackinak, Registres 1789, 1802-1884
6. Myron Scranton, Ecrits 1834-1917
7. Charles H. Chapman, Ecrits 1887-1932
8. Petites collections et items variés
9. Wilson Marine Transit Company
10. Etats financiers relies, items variés

Registres de l'American Fur Company, 1832-1851
215 pieds linéaires, 7 volumes


INTRODUCTION

La collection des registres de l'American Fur Company conservée dans la Salle Joseph H. Steere reflète l'activité commerciale du poste de traite de cette compagnie au Sault-Ste-Marie entre les années 1832 et 1851.

En plus des centaines de lettres écrites et reçues par ces hommes, on y trouve des documents légaux et financiers, des grands livres reliés, des livres de comptabilité ainsi que plusieurs volumes de polices de chargement.

En plus des données sur la traite des fourrures, les dossiers comprennent une richesse de données sur les activités entreprises au Sault et dans la région des Grands Lacs en général. Les registres documentent les différents risques entrepris par la compagnie dans les domaines de pêche dans le Lac Supérieur, de commerce du sirop d'érable, de spéculation de terrains, de navigation et de transport , et plus tard de la spéculation du cuivre.

Sous l'administration de Mlle Alice B. Clapp, qui avait commencé à recueillir du matériel sur l'histoire locale pour la bibliothèque autour de 1920, on a fait don du gros de cette collection. Le Juge Joseph H. Steere a fait don du gros de la collection archivistique dans les années 1930. On y a ajouté d'autres documents depuis. En 1975, on a déménagé la collection en entier au Bayliss Public Library, où elle est entreposée dans un endroit spécial.

Présentement, les chercheurs adultes y ont accès durant les heures régulières d'ouverture. Aucun matériel ne peut quitter la pièce.

Citation: American Fur Company, Registres 1832-1851
Collection spéciale Steere
Bayliss Public Library
Sault Ste-Marie, Michigan


HISTORIQUE

John Jacob Astor a mis sur pied l'American Fur Company en 1808. Peu de temps après la guerre de 1812, Astor a réussi à obtenir une monopolie de la traite des fourrures aux Etats-Unis, monopolie qu'il a gardée jusqu'à son retrait en 1834. Sa compagnie est devenue la firme d'entreprise la plus importante de l'époque. Elle avait comme activité principale d'échanger des biens manufacturés pour des fourrures et des peaux de buffalo qui, à l' époque, était prisées par les manufacturiers de chapeaux et de vêtements de parrure.

Astor est devenu acquéreur d'une installation au Sault-Ste-Marie en 1816. Ce poste éloigné, connu sous le nom de "St.Mary's Outfit", a joué un rôle prépondérant dans les opérations du American Fur Company. Depuis longtemps, c'était un lieu de rencontre et d'établissement pour les Autochtones. On y avait déjà construit plusieurs missions aux alentours et dans les années 1820, Henry Schoolcraft y établissait une agence pour les Autochtones. Les rapides de la rivière St.Mary était une source intarissable de corégones pour les habitants de la région. Toute navigation devait arrêter aux rapides et un portage devait être effectué pour marchandise et passagers en direction des Grands Lacs, et ceci jusqu'en 1855, année où on a contruit une écluse. Du côté canadien, La Hudson's Bay Company contrôlait aussi un poste de traite très actif.

Après le retrait de Astor en 1834, un fidèle disciple de Astor, Ramsey Crooks, dirigeant, a immédiatement réorganisé la compagnie. Sous lui, la compagnie s'est empressée de diversifier ses activités. Il a gardé deux opérations au Lac Supérieur, une a LaPointe, et une autre au Sault-Ste-Marie sous Franchere. C'est aussi à cette époque qu'il a déménagé le siège social de la compagnie de Michilimackinac à LaPointe sur le Lac Supérieur. La même année a vu l'établissement de la pêche commerciale à grande échelle sur le Lac Supérieur. En 1835, la compagnie lançait le sloop John Jacob Astor pour servir les postes éloignés à Keweenaw, LaPointe, l'Isle Royale, Fond du Lac, et autres poissonneries et établissements autour du lac. Ce bateau est par la suite devenu un parmi plusieurs à servir les mines de cuivre de la péninsule de Keweenaw, de sorte que la compagnie devenait aussi chargé du transport de marchandise. Dans les registres, on documente très bien, entre-autres, ces entreprises ambitieuses de la compagnie.

Gabriel Franchere était le premier agent à diriger le "St.Mary's Oufit" après la réorganisation. Il a pris contrôle en 1835 et fut remplacé par son subordonné, John R. Livingston, en 1838.

ETENDU ET CONTENU

La correspondance de Gabriel Franchere, de John R. Livingston et de leurs contemporains, reflète bien les développements sociaux-économiques de l' époque. Une étude approfondie de ces documents permettrait de tracer l' évolution de la traite et de l'établissement dans la région du Lac Supérieur.

La plupart des premiers registres de l'entreprise de Astor ont été détruits par le feu en 1835. Conséquemment, la majorité des documents, y inclus ceux de la collection de Steere, traite de la période de la compagnie post-Astor.

La correspondance de Franchere s'étend sur les années 1834-1838. Puisqu'il était dirigeant au Sault pendant l'inauguration de la pêche commerciale sur le Lac Supérieur, ces documents sont une source très riche de renseignements sur le sujet. De plus, ils fournissent des données sur les conditions, les prises, les difficultés encourues, les emplacements et les bateaux utilisés. Le gros du matériel reflète la traite des fourrures, mais il existe des rapports sur les sujets financiers et sociaux de Sault-Ste-Marie.

Les transactions d'affaires du American Fur Company ont eu lieu dans les divers bureaux et sièges départementaux situés dans le pays de la fourrure. Toutes les directives venant du siège social de New York forment un partie importante de cete collection.

Parmi ceux qui correspondaient de façon régulière avec Franchere et Livingston, on trouve les autres agents de la compagnie, soient William Brewster à Détroit, Dr. Charles Borup à LaPointe, Samuel Abbott à Mackinaw et M. Warren à Montréal. On compte d'autres correspondants importants dont Ramsay Crooks, Henry Schoolcraft, Robert Stuart, Frederic Baraga, Wm. Attken, Lyman et Truman Warren, Samuel Ashmun, David B. Oakes, Michael Dousman et Douglas Houghton.

On compte 395 items individuels dans la série Franchere, le gros du matériel entre 1835 et 1837. On y trouve aussi un texte accompagnant une illustration pour ces années, et même s' il ne reste que trois lettres individuelles pour 1838, Franchere a noté 42 entrées dans un registre que lui et Livinston utilisaient.

Le matériel de Livingston couvre la période 1838-1848. Il a remplacé Franchere comme dirigeant du «St.Mary's Outfit» après le transfert de ce dernier à LaPointe. Il couvre les fourrures, le commerce, les pêcheries et autres sujets, mais la correspondance de Livingston est importante surtout comme source de renseignements sur les mines de cuivre. La course vers les champs miniers du Lac Supérieur a débuté en 1846, et on trouve le rhythme de cette activité bien documenté dans ces documents. La majorité de ses
lettres ont été écrites en 1846-47 et traitent de sujets, tels les mines, le transport de marchandise par bateau, et les navires sur le Lac Supérieur.

Il y a quatre volumes reliés et 480 documents, trois desquels sont des textes accompagnant des illustrations et couvrant les années 1840 à 1848. Les lettres de Livingston apparaissent aussi dans le registre qu'il partageait avec Franchere pour les années 1838-40. De plus il y a un index relié des comptes dans cette collection.

On y trouve sept volumes additionnels reliés dans cette collection : trois grands livres de ventes-achats, trois volumes de polices de chargement et un livre de reçus. Deux des grands livres sont du magasin au détail du Sault pour les années 1838 à 1845. Un grand livre antérieur, dont le couvert et quelques pages manquent, fait état des comptes locaux tels ceux de Henry R. Schoolcraft, Michael Nolin, Bela Chapman, Chas. B. Oakes, Samuel Ashburn et autres. Un livre de reçus mentionne les déboursements en argent comptant pour les années 1846-48. Les trois volumes de polices de chargement constituent un registre du transport de marchandise sur le Lac Supérieur des années 1839 à 1851 et incluent les dates, les noms des navires et leurs capitaines, leurs destinations et une liste de la marchandise qu'ils transportaient.


FAMILLE BOISSONNEAU

Les images suivantes proviennent de cette collection et sont de l'époque post-Astor. Les feuilles extraits du grand livre pour Joseph Boissonneau (mon arrière, arrière, arrière grand-père) et de Magloire Boissonneau (mon arrière, arrière grand-père) ont été mises sur le site Web pour votre information.

1. Les feuilles pour Joseph Boissonneau datent de 1836-38. (Soyez patients
car la page mesure 310K.)

2. Les feuilles pour Magloire Boissonneau datent de 1852-53.

Si vous avez la chance de visiter la Bayliss Library, elle contient une richesse d'information.